Vilaine

Publié le par Kinopoivre

Réalisé par Jean-Patrick Benes et Allan Mauduit

Sorti en France le 12 novembre 2008


« C’est dégueulasse ! C’est génial ! », se disent, à l’idée de la sale blague qu’elles lui ont faite, les trois bonnes copines de Mélanie (Marilou Berry), bonne fille bien gentille mais peu gâtée par la nature, et dont tout le monde abuse : sa voisine, qui lui fait promener son chien tous les jours que Dieu fait (et Il sait s’Il en fait !) ; sa mère (Chantal Lauby), qui lui colle toutes les corvées que cette feignasse veut éviter ; le patron du bar-station service (Pierre-François Martin-Laval) où elle occupe toutes les fonctions, serveuse, pompiste, secrétaire ; et bien entendu, les trois bonnes copines citées plus haut, Jessica (Alice Pol), Blandine (Joséphine de Meaux) et Aurore (Frédérique Bel, ex-blonde de Canal Plus).

À ce stade, lecteur avide de précisions, vous vous demandez en quoi consiste la sale blague. Oh, rien que du grand classique : elles ont inventé sur Internet un amoureux à leur souffre-douleur, et payé un copain pour qu’il joue le rôle en vrai puis laisse tomber leur victime au bout de quelques rendez-vous. Hilarant, n’est-il pas ? Hélas pour les trois chipies, Mélanie a surpris leur conversation, et décide de changer son fusil d’épaule. Elle était trop gentille, elle va devenir une peste.

La voisine au chien ? Elle attache le clébard au cul d’un autobus, ça lui fera les pattes, au basset. Sa mère ? Elle lui dit ses quatre vérités, et lui annonce qu’elle ne fera plus rien pour l’aider. Son patron, qui veut la virer pour engager une fille plus jeune ? Elle lui colle sur le dos une inspectrice du Travail et en fait désormais une carpette docile. Mais le meilleur est pour les trois copines. Le musée de porcelaine que Blandine voulait installer dans l’asile de vieillards – après avoir viré les pensionnaires – où Mélanie a sa grand-mère (Liliane Rovère), n’aura plus de raison d’être : un éléphant a réduit en miettes toutes les porcelaines. Jessica ? Vu qu’elle est bête comme ses pieds, Mélanie l’a inscrite à toutes les émissions de jeux culturels de la télé, Questions pour un champion, Des chiffres et des lettres, et Jessica peut à loisir s’y ridiculiser, par exemple en citant Jordy quand on lui demande le nom d’un génie musical précoce (Mozart, elle ne connaît pas). Quant à Aurore, Mélanie lui ruine son mariage en exhumant l’ex-petite amie du futur marié, qui se trouve justement être Blandine !

Mais qui donc déposait chaque jour un bouquet de roses rouges sur le paillasson de Mélanie ? Elle découvre un peu tard qu’il s’agissait d’Innocent, un bon copain à elle, Malien sans papiers (Thomas N’Gijol), que la police vient précisément, avec son amabilité coutumière, de convier à grimper dans un avion pour Bamako. Mélanie, qui s’est précipitée à l’aéroport, couverte d’ecchymoses après une bagarre qui l’a opposée à Aurore, en profite : elle attribue les coups à Innocent, et la police est bien obligée de le retenir pour le faire passer devant le tribunal. Innocent est provisoirement sauvé de l’exil, et ça se terminera par un mariage ! Si le célibat vous pèse, lectrice, on vous recommande le procédé.

Publié dans V