Mamma mia !

Publié le par Kinopoivre

Réalisé par Phyllida Lloyd

Sorti au Royaume-Uni le 30 juin 2008

Sorti en France le 10 septembre 2008

 MAMMA.jpg

Lorsque Donna (Meryl Streep), vingt ans avant le début de cette histoire, s’est retrouvée enceinte, sa mère l’a mise à la porte. Donna s’est tirée d’affaire en exploitant un hôtel sur la petite île grecque – Kalokairi, si ça vous intéresse, lecteur globe-trotter – où sa fille Sophie a été conçue à la suite d’un triple amour de vacances. Et lorsque Sophie (Amanda Seyfried) a eu vingt ans et s’est préparée à épouser le beau Sky (Dominic Cooper), elle a lu le journal intime de sa mère et découvert qu’elle avait trois pères en puissance : Bill (Stellan Skarsgård), Sam (Pierce Brosnan), et Harry (Colin Firth). Sans rien dire à sa mère et sans leur dire pourquoi, elle les invite tous les trois à son mariage.

À peine les trois hommes débarqués dans son hôtel, Donna veut les renvoyer, car elle n’a guère apprécié d’avoir dû se débrouiller toute seule, et veut ignorer qu’aucun des trois tiers de père – le bon n’étant pas identifié – ne savait qu’elle avait eu un enfant. De son côté, elle a invité deux bonnes copines, Rosie l’écrivain (Julie Walters), qui ressemble assez à Christine Boutin, et Tanya (Christine Baranski), une dévoreuse d’hommes qui ferait passer la Samantha de Sex and the City pour une petite sœur des pauvres. La première mettra le grappin, en fin de film, sur Bill, qui écrit aussi des bouquins, je vous demande un peu.

Mais n’anticipons pas, l’histoire est celle des révélations qui vont suivre. D’abord, chacun des trois hommes apprend qu’il pourrait être le père de Sophie, mais ils prennent très bien la nouvelle. Puis Sky, qui a enterré sa vie de garçon, prend conscience que son amour ne suffit pas à Sophie, puisqu’elle « se sent incomplète » (ça, c’est bien un truc de fille !) si elle ne sait pas qui est son père. Enfin, Donna s’entend dire qu’elle a loupé le coche par sa faute, car, si Harry, qui avait divorcé pour l’épouser, a laissé tomber ce projet, c’est parce qu’il avait appris que Donna s’était consolée avec l’un des deux autres.

Le film se conclut dans l’église où le mariage doit avoir lieu, mais pas de la manière prévue : au moment de dire le oui traditionnel, Sophie et Sky décident de renoncer et d’aller « découvrir le monde » (ça, c’est bien un truc de garçon !) avant de voir s’ils veulent vraiment vivre ensemble. « Et moi, alors ? », gémit le curé frustré. Il se rattrapera sur un autre mariage improvisé, celui de Donna avec son Harry, qu’elle ne laissera pas échapper une seconde fois. Et tout le monde se met à danser sur une chanson du groupe ABBA.

Là dessus, près de se noyer dans ce torrent de guimauve, le spectateur cherche le numéro du SAMU le plus proche.

Publié dans M