Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal

Publié le par Kinopoivre

Réalisé par Steven Spielberg

Sorti en France le 21 mai 2008

Sorti aux États-Unis le 22 mai 2008


La suite du retour de la vengeance du professeur Henry Jones (Harrison Ford), dit Indiana Jones parce qu’avec Massachussetts c’était imprononçable. Dans l’épisode 3, il était accompagné par son père (Sean Connery), à présent décédé, dans le présent épisode 4, c’est son fils dont il ignorait l’existence, Henry III dit Mutt, fan de moto (Shia LaBeouf, dont le nom seul est un gag à lui tout seul, cette orthographe ayant sans doute été choisie pour éviter toute confusion avec Frank Lebœuf). Le père, le fils… Je peux déjà prédire que l’épidose 5 fera appel au Saint-Esprit (probablement incarné – le mot s’impose – par Arielle Dombasle, si les réseaux d’influence de BHL fonctionnent aussi bien que jusqu’ici).

Cette fois, on a fait un grand pas dans le temps et pour l’Humanité, puisque nous sommes en 1957, en pleine guerre froide. Au passage, vous remarquerez qu’il n’y avait aucune possibilité de caser des nazis dans cette histoire, à l’instar des épisodes 1 et 3, ce qui évite à Steven Spielberg, réalisateur, et à George Lucas, scénariste, d’encourir le reproche d’antinazisme primaire que l’on a pu entendre parfois du côté de Saint-Cloud. En revanche, les affreux communistes, qui nous manquaient tant à l’écran depuis 1989, sont de retour, et bienvenue camarades Popoff. En fait, on a plutôt affaire à une camarade Popova, prénommée Irina comme dans Alias, et que joue Cate Blanchett, pas celle de monsieur Seguin, mais l’autre, et dotée d’un accent à couper au couteau : elle dirige les services secrets de l’empire soviétique, et elle est en concurrence avec Indy. Sans quoi, hein, que ferait-il de son fouet ? (Mais non, ce n’est pas une remarque grossièrement sexiste ! Qu’allez-vous chercher là ?)

De retour également, la nana du premier épisode, Marion, celle qui tenait la vodka encore mieux que Christine Bravo, donc bravo. Il y a aussi, outre Mutt, le copain Mac (Ray Winstone), un peu traître puisque capitaliste donc vénal, et tout ce petit monde va aider Indy à chercher au Pérou un crâne de cristal mexicain, doté de pouvoirs surnaturels comme tous les gadgets des épisodes précédents, et c’est fou comme on baigne dans la rationalité avec tonton Steven. Or ils feraient bien de le trouver, ce crâne, car Indy s’est fait flanquer à la porte de son université parce que le FBI s’intéresse un peu trop à lui, donc il est au chômage comme tout le monde, et la thune se fait aussi rare que les bons films français.

Il y a enfin des fourmis géantes et voraces, plusieurs poursuites que des critiques bien meilleurs que votre (très humble) serviteur qualifieront sans doute d’« époustouflantes », plus un dénouement optimiste, le mariage d’Indy – évènement inattendu mais fin ouverte, c’est-à-dire annonçant une suite, qui ne saurait tarder si on ne veut pas qu’Harrison Ford soit doublé très bientôt par un acteur numérique.

Publié dans I

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :