Back soon

Publié le par Kinopoivre

Réalisé par Sólveig Anspach

Sorti en Islande le 8 août 2008

Sorti en France le 20 août 2008


Back soon en anglais, Skrapp út en islandais, autrement dit, « Je reviens tout de suite », c’est l’écriteau qu’Anna Halgrimsdotti (Didda Jónsdóttir), poétesse porno islandaise, vivant à Reykjavik, éboueuse de son véritable métier, mère de famille célibataire et quadragénaire, affiche sur sa porte quand elle va livrer à un client la marijuana qu’elle vend par téléphone – car elle appréciait jusqu’ici de travailler plus pour gagner plus. Or, tout arrive, elle veut larguer ce petit métier annexe, dont on espère que Jean-Pierre Pernaut le mettra enfin au sommaire de son Journal de 13 heures sur TF1. Elle aspire en effet à partir au soleil avec ses deux enfants (joués par les véritables fils de l’excellente et atypique interprète), et cherche donc un repreneur, comme disent les patrons philanthropes (pléonasme) et amateurs de parachutes dorés du CAC 40.

Aux candidats qui se présentent, cette poétesse tient la dragée haute, et n’entend pas lâcher le filon pour moins d’un million et demi de couronnes islandaises (environ 16 500 euros) – à quoi on voit que c’est bien une poétesse. L’affaire doit se conclure ainsi : ce qui fera office de pas de porte, c’est son téléphone portable, sur lequel ses clients l’appellent. En attendant que l’heureux gagnant ait réuni les fonds que réclame l’honnête transaction, ce qui va durer deux jours, Anna va accomplir de multiples pérégrinations, et c’est lors d’une incursion dans une ferme que le gadget sonore, dont la longévité de la batterie, digne d’éloges, vous fera saliver, est avalé par une oie mâle (un jars, ce qui donne l’occasion au sous-titreur, qui ne devait pas connaître le mot, de faire une faute d’orthographe en écrivant « jar » – il a dû croire que le mot trouvé dans le dictionnaire était un pluriel !).

Le film est bourré de détails saugrenus et délicieux, et de personnages qui ne le sont pas moins, comme le frère de la poétesse, très monté contre le tabac mais pas contre l’alcool, cette étudiante « folle de Dieu » (sic), ce suicidaire maladroit qu’on se coltine dans une brouette, ou cet étudiant français (Julien Cottereau), qui fait une thèse sur les poétesses nordiques, et emporte en cadeau la radiographie dédicacée de l’estomac du jars. Précisons prudemment : dédicacée par la poétesse, pas par le jars… Vous savourerez aussi, lecteur kubrickien, les interviews en rafale, dans le style Full metal jacket, des amis d’Anna, qui viennent à tour de rôle expliquer face à la caméra pourquoi ils ne peuvent pas se résigner à éventrer l’oie gloutonne en vue de récupérer le téléphone devenu – provisoirement – inaccessible ; le prétexte le plus plausible étant donné par cette fille qui croit en la réincarnation et craint, si le jars a récupéré l’âme de son propre père, de « le tuer une seconde fois »… Et ne dites pas que cet humour nordique vous glace ! Tout le monde ne peut pas être monsieur Dany Boon, chevalier de la Légion d’Honneur.

Publié dans B

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :