Married life

Publié le par Kinopoivre

Réalisé par Ira Sachs

Sorti au Canada le 12 septembre 2007

Sorti en France le 24 septembre 2008

 http://fr.web.img6.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/67/07/66/18975472.jpg

Le séduisant Richard Langley (Pierce Brosnan) est le narrateur de cette histoire des années quarante, dans laquelle son ami Harry Allen (Chris Cooper), quinquagénaire, lui confie que, bien que marié avec Pat (Patricia Clackson), qu’il aime toujours, il est tombé amoureux de la jeune et jolie Kay (Rachel McAdams). Pour le convaincre du bien-fondé de son nouvel amour, Harry invite Richard à faire la connaissance de Kay, et vous devinez, lecteur sagace, que Richard et Kay vont se plaire et s’aimer. Cependant, Harry n’a rien vu, car il a d’autres soucis. En effet, bien que décidé à divorcer, il ne veut pas faire de peine à sa femme Pat. Trop anxieux à l’idée de la faire souffrir, il décide… de la tuer pour lui épargner cette épreuve ! Procédé, lecteur au cœur sensible, que je vous recommande chaudement.

Aussi Harry se procure-t-il dans un magasin de photographie un produit qui a la consistance de l’aspirine, la couleur de l’aspirine, mais qui, à l’instar du Canada Dry, n’est pas de l’aspirine, et il remplace par cette poudre le médicament que prend Pat pour faciliter ses digestions difficiles. Comme Pat en prend un peu chaque soir, l’empoisonnement sera lent et donc passera inaperçu, espère Harry.

Cependant, Richard, très ami aussi avec la femme de son ami, et un peu gêné aux entournures d’avoir soufflé à celui-ci la fille convoitée, se fait inviter chez Pat, et, arrivé un peu trop tôt, tombe, hasard malencontreux, sur une scène inattendue : Pat en compagnie de son amant John (David Wenham). L’épouse trompée est donc infidèle, et toutes les valeurs de Richard s’effondrent comme à la Bourse de New York un lundi noir.

Ce sac d’embrouilles va heureusement se dénouer le soir où Harry surprend à son tour Richard en compagnie de Kay. Comprenant qu’il a perdu sa maîtresse et qu’il s’apprête à perdre sa femme (puisqu’il entreprenait de l’envoyer dans l’autre monde), il renonce à ce dernier projet histoire de ne pas tout gaspiller, jure à Pat qu’il n’a jamais aimé qu’elle, et se résigne à vivre la vie médiocre qui nous est réservée à tous, ô lecteur désabusé qui en a tant vu.

Le film s’achève par une petite réception où assistent les deux couples, plus celui que John, l’amant de Pat, a formé avec une autre fille. Et tout le monde est ami avec tout le monde. C’est-y pas plus gentil comme ça ?

Publié dans M