Buried

Publié le par Kinopoivre

Réalisé par Rodrigo Cortés

Sorti aux États-Unis le 23 janvier 2010

Sorti en France le 3 novembre 2010

 BURIED.jpg

23 octobre 2006, à 18 heures 12. Paul Conroy (Ryan Reynolds), 30 ans, marié à Linda, père d’un petit garçon prénommé Shane, engagé en janvier comme camionneur à la société CRT (livraison de matériel) pour aller exercer en Irak, se réveille... dans un cercueil, ou ce qui en tient lieu pour lui : une caisse enterrée quelque part, il ne sait où. Le convoi auquel il appartenait a d’abord été caillassé par des jeunes, puis attaqué par des hommes armés qui ont dû tuer ses camarades de travail.

À tâtons, dans l’obscurité, à demi-étouffé par un bâillon dont il parvient à se débarrasser, Paul découvre qu’il a en sa possession un briquet, un canif et un téléphone portable ultra-moderne, capable de prendre et de recevoir photos et vidéos. Il fait très chaud, et l’atmosphère, oppressante, laisse deviner qu’il n’a plus d’oxygène pour très longtemps. Il tente alors d’obtenir de l’aide par téléphone, et appelle la police des États-Unis, qui a du mal à croire à son histoire. Mais, d’un interlocuteur à un autre, il finit par obtenir un interlocuteur valable, Dan Brenner, un agent spécialisé dans le secours aux otages, qui promet de tout faire pour le retrouver. C’est hélas difficile, car son téléphone est géré par un fournisseur d’accès situé en Égypte.

Or Paul est appelé, cette fois par un représentant de ses ravisseurs, Jabir, qui exige le paiement – en liquide – de cinq millions de dollars avant 21 heures, sinon, on le laissera mourir dans sa caisse. « Nous ne sommes pas des terroristes », affirme-t-il. Rappelé, Dan Brenner confirme : la prise d’otages pour obtenir une rançon est devenue la première industrie du pays ! Mais le gouvernement de Washington, ment-il, ne paie jamais la moindre rançon, pour ne pas encourager cette activité. Il affirme que, même sans cela, certains otages ont été retrouvés et ont pu rentrer chez eux, et il cite un nom, Mark White, étudiant en médecine, qui est dans ce cas.

Rappelé par Jabir, Paul fait valoir que nul ne paiera car sa famille n’a pas d’argent. Jabir accepte de ramener ses prétentions à un million de dollars, mais exige que Paul enregistre, avec son téléphone portable, une vidéo prouvant qu’il est bien détenu. Mais Brenner lui déconseille de le faire, car les médias doivent être tenus à l’écart. Paul a beaucoup de mal à joindre sa femme pour la prévenir, et parvient aussi à parler à sa mère, qui est dans un foyer pour vieillards et qui, atteinte de la maladie d’Alzheimer, ne le reconnaît pas.

Mais Paul est harcelé par ses ravisseurs, qui lui montrent une photo de Pamela, serveuse dans l’entreprise qui l’emploie, la CRT : elle est prisonnière des mêmes ravisseurs, et Paul la connaît. Et, un peu plus tard, pour obliger Paul a enregistrer la vidéo qu’il a refusé de faire, ils abattent la jeune femme en direct. Affolé, Paul enregistre la vidéo demandée... qui, dans l’heure suivante, est diffusée sur YouTube et visionnée 47 000 fois !

Cependant, les recherches entreprises par ses compatriotes avancent peu à peu, assure Brenner. Mais la ville où les ravisseurs sont probablement cachés est bombardée par les F16, et ceux-ci, furieux, rappellent Paul pour exiger... qu’il se coupe un doigt et filme l’opération ; faute de quoi, c’est sa femme et son fils qui seront abattus. Après avoir résisté tant qu’il a pu, Paul finit par obtempérer et s’ampute d’une phalange, juste avant que Brenner le prévienne que, ça y est, un des ravisseurs, capturé, a parlé, révélant le lieu où Paul est enterré : ce n’est plus qu’une question de minutes avant de le délivrer. Or le temps presse, car les parois de la caisse où Paul est enfermé ont commencé à céder, du sable s’infiltre entre les planches et envahit peu à peu le cercueil. Pour ne rien arranger, un représentant de son employeur l’informe qu’en raison de sa relation avec la serveuse Pamela – type de relation qu’interdisait son contrat –, il est licencié depuis... l’heure précédant son enlèvement ! Par conséquent, la CRT n’est en rien responsable de ce qui lui est arrivé ensuite, ne fera rien pour lui, et ne versera aucune indemnité à sa famille en cas de décès.

Hélas, la délivrance ne vient pas, et Brenner est obligé de convenir que le ravisseur capturé a leurré l’équipe de secours et que l’endroit où il a les envoyés est en fait la tombe de... Mark White. Paul comprend que Brenner lui avait menti sur le retour de l’étudiant en médecine, et qu’on ne le retrouvera jamais. Après avoir filmé son testament sur son téléphone, il entendra ces derniers mots de Brenner : « Je regrette, Paul, je regrette énormément ». Et le sable monte, monte, monte...

Publié dans B