Anges et démons

Publié le par Kinopoivre

Réalisé par Ron Howard

Titre original : Angels & demons

Sorti au Japon le 7 mai 2009

Sorti en France le 13 mai 2009

 

Patrick McKenna (Ewan McGregor) a vu ses parents tués lors d’un attentat organisé en Irlande à l’occasion de la venue d’un archevêque qui, ensuite, pris de compassion, l’a adopté, élevé, l’a poussé à s’accomplir (par exemple en le laissant devenir pilote d’hélicoptère) et l’a encouragé à la prêtrise. Bien plus tard, cet homme est devenu pape, et il a gardé le jeune homme auprès de lui jusqu’à le nommer camerlingue – prêtre chargé notamment d’assurer l’intérim lors de la mort du pape en vue d’expédier les affaires courantes avant l’élection de son successeur. Mais Patrick déborde d’ambition et veut devenir pape ; or il n’est même pas cardinal... et le pontife est toujours vivant ! Ce double obstacle ne peut être franchi que si le « saint père » meurt et si des circonstances exceptionnelles faisaient de lui un apparent sauveur du Vatican et de sa cohorte de cardinaux.

Patrick commence par assassiner son bienfaiteur en remplaçant un de ses médicaments par un poison. Une fois défuncté, le corps du pape est placé dans la crypte, sous le baldaquin de Saint-Pierre, dans la basilique du même nom, et le conclave qui doit élire son successeur s’apprête à se réunir dans la Chapelle Sixtine, sous la présidence du cardinal Strauss (Armin Mueller-Stahl), un vieux renard qui ne s’en laisse pas conter et se méfie beaucoup du camerlingue.

Entre-temps, le camerlingue a recruté un assassin (Nikolaj Lie Kaas), et l’a chargé d’enlever les quatre favoris de l’élection, qu’on surnomme les preferitti. Il a également fait dérober au CERN de Genève les échantillons d’antimatière qui ont été obtenus grâce au Grand Collisionneur de Hadrons. Cette antimatière ne doit pas entrer en contact avec la matière, sous peine de provoquer une formidable explosion – ce qui en fait une bombe idéale si la batterie alimentant son conteneur vient à s’épuiser, ce qui doit arriver très vite une fois que l’objet a été dérobé... après un autre assassinat, celui du Père Silvano Bentivoglio (Carmen Argenziano), qui travaillait aussi au CERN.

Dès lors, la mécanique est lancée : un message émanant prétendument d’une société secrète vieille de quatre cents ans, les Illuminati, ennemie du Vatican et que tout le monde croyait disparue, annonce que les quatre cardinaux enlevés seront exécutés à 20, 21, 22 et 23 heures, et qu’à minuit, la bombe à base d’antimatière explosera, détruisant la Cité du Vatican et une partie de Rome, et faisant des millions de morts. Le message précise que les quatre victimes se trouvent cachées à Rome, dans des endroits tenus secrets mais liés symboliquement aux quatre éléments de la matière, la Terre, l’Air, le Feu et l’Eau, une vieille marotte des Illuminati. Le Vatican n’a que quelques heures pour sauver les quatre preferriti et surtout trouver (et désamorcer) la bombe. Alors que la foule et les journalistes, qui ne savent rien de tout cela, investissent la Place Saint-Pierre dans l’attente de l’élection attendue, entre les murs de la Cité, c’est la sainte panique, le Vatican a besoin d’aide !

Le camerlingue félon fait appel à Vittoria Vetra (Ayelet Zurer), une jeune scientifique qui justement travaillait au CERN sur l’antimatière, et à Robert Langdon (Tom Hanks), spécialiste des symboles, qui saura peut-être déchiffrer l’énigme conduisant aux cardinaux prisonniers, mais que le Vatican n’apprécie guère après son rôle dans l’affaire du Da Vinci code ! Chacun pose une condition : Vittoria demande que lui soit rapporté de Suisse et par avion le journal de Silvano Bentivoglio, assassiné au CERN, dans lequel il aura peut-être consigné les noms de personnes qu’il aurait rencontrées avant son assassinat et qui se seraient intéressées à l’antimatière ; et Langdon exige qu’on lui ouvre les archives secrètes du Vatican, requête qu’il a posée dix fois en vue de consulter le journal de Galilée (il en a besoin pour écrire le deuxième tome d’un livre en cours), ce qu’on lui a refusé jusqu’alors. L’un et l’autre obtiennent satisfaction, le camerlingue a usé de son autorité provisoire pour passer outre aux réticences du gouvernement papal. Pendant ce temps, dans la Chapelle Sixtine, le premier tour du conclave se déroule, mais ne permet pas l’élection d’un candidat : fumée noire !

Pendant ce temps, Langdon, Vittoria et le lieutenant Valenti (Victor Alfieri) de la police du Vatican arrivent à la première église... pour y trouver le cadavre du premier cardinal, marqué au fer rouge avec le mot « Terre » (en anglais !). Puis ils découvrent l’emplacement d’une deuxième église, et arrivent juste à temps pour voir mourir le deuxième cardinal, marqué au fer rouge avec le mot « Air ». Langdon localise la troisième église, où il trouve le troisième cardinal en train de brûler vif sur un bûcher, ce qui doit logiquement symboliser le « Feu », mais l’assassin, encore présent, tue le policier du Vatican. Enfin, Langdon arrive à temps pour sauver de la noyade le dernier cardinal, qui allait mourir dans la fontaine de la Piazza Navone, laquelle n’est pas le dernier lieu prévu, dont on ignore où il se trouve. À présent, Langdon constate que l’emplacement des quatre lieux forme une croix, dont le centre lui permet de découvrir l’emplacement de la bombe, tout simplement sous la basilique Saint-Pierre ! Mais elle est sur le point d’exploser, car beaucoup de temps a été perdu. Alors surgit le camerlingue, qui vient d’être lui aussi marqué au fer rouge par un des Illuminati dans le bureau du pape, et qui s’empare de l’engin de mort, grimpe dans un hélicoptère (il sait piloter, souvenez-vous), décolle, monte le plus haut possible au-dessus de la ville, puis saute en parachute, laissant la bombe exploser dans l’hélicoptère. Les débris de l’appareil s’abattent sur la coupole de la basilique, tandis que le parachutiste atterrit sur la Place Saint-Pierre. Rome et le Vatican ont été sauvés par le camerlingue, peut-on l’élire pape ? Le cardinal Strauss s’y oppose, mais la majorité va l’emporter...

C’est alors qu’en visionnant les bandes vidéo qui enregistraient tout ce qui se passait dans le bureau du pape défunt (en très mauvaise santé, c’est ce procédé qui permettait de le surveiller discrètement afin de le secourir en cas de crise), Langdon et ses compagnons de lutte découvrent une scène entre le camerlingue et le patron de la gendarmerie, le commandant Richter (Stellan Skarsgård) : tout ce complot était fallacieux, c’est le camerlingue qui s’est lui-même marqué au fer rouge afin de passer pour un martyr, et qui vient de tuer le commandant Richter – lequel avait tout compris – avant d’emporter la bombe dans l’hélicoptère ! Le traître est immédiatement convoqué à la Chapelle Sixtine et confondu face au Conclave. Il ne lui reste plus qu’à aller se suicider dans la crypte, sous le baldaquin de Saint-Pierre, en s’immolant par le feu. Le pape qui sera élu sera le seul cardinal survivant, celui qui a été sauvé de la noyade par Langdon, le cardinal Baggia (Marc Fiorini).

Désormais, Langdon est l’ami du pape, qui lui fait cadeau, mais seulement jusqu’à sa mort, du journal de Galilée !

Publié dans A

1 2 > >>